La peur de réussir
La peur de réussir

Date

Date

J’ai peur ! La peur de réussir me paralyse !

Peur de l’échec, peur du regard des autres, peur de décevoir mes proches, peur de décevoir mes mentors. Mais aussi peur de réussir, ce qui peut paraître bizarre et pourtant !

Quand on se lance dans l’entrepreneuriat, les peurs abondent. La peur de l’échec peut nous paralyser et nous empêcher de mener à bien nos activités.

La plupart du temps, l’échec est perçu comme un obstacle à la réussite. Et pourtant, il peut être source de ressources, de possibilités.

1- Percevoir l’échec comme un tremplin plutôt qu’un frein

un tremplin
Un tremplin plutôt qu’un frein

Lorsqu’on échoue, et bien que cela soit compliqué, il faut savoir rebondir vers d’autres choix.

Un échec peut nous amener des possibilités inenvisageables.

Il est donc important de garder un esprit ouvert et de savoir faire évoluer sa vision, ses objectifs.

Un tel état d’esprit peut t’emmener vers des résultats bien plus importants que ce que tu pouvais imaginer.

Tes échecs peuvent te guider, t’inspirer, mais celui des autres aussi, si cela est fait avec bienveillance et respect.

Un exemple ? En Suède, il existe un musée dédié aux échecs commerciaux afin de « positiver » l’échec. Un tel musée permet de relativiser l’échec. Pour les Suédois, un entrepreneur qui ne s’est pas trompé n’est considéré comme fiable.

Cela ne veut pas pour autant dire qu’un entrepreneur qui ne se trompe pas est mauvais. Il faut plutôt voir cela comme un apprentissage, mais c’est aussi valable dans la vie perso non ?

2. Identifier ses craintes

Comment peut-on vaincre ses craintes ?

Lorsque la peur nous paralyse, il nous semble plus facile de ne rien changer, de garder notre routine. Ce qui nous empêche de prendre des risques, or quand on est freelance, prendre des risques fait partie de notre quotidien 😉.

La première étape est donc de trouver ce qui nous fait peur car admettre ses peurs va nous aider à relativiser. Il faut savoir accepter de sortir de sa zone de confort.

Il existe un moyen de trouver ce qui nous bloque, c’est de lister nos peurs, peu importe le support, papier ou numérique c’est à vous de choisir.

En même temps, en face de chaque peur, notez ce qui se passerait si jamais cette peur se réalisait puis mettez en place un plan pour contrer cette peur.

Pour canaliser votre stress, il vous faut prendre du recul, car oui ça fait peur de se lancer, mais il ne s’agit pas de vie ou de mort. Alors, prenez du recul et relativiser.

Vous pouvez aussi tenir un journal de bord et notez-y tout ce que vous ressentez, les bons comme les mauvais moments. Oui oui, même les bons moments sont à noter, je dirai encore plus les bons moments car ils vous donnent de l’espoir quand ça va mal.

3. Repenser la peur et en faire une alliée

Une alliée
Une alliée

L’une de nos premières peurs quand on se lance en solo, c’est la peur de ne pas y arriver, de ne pas être à la hauteur.

Et bien sûr, d’autres peurs apparaissent, comme la peur de ne pas s’en sortir financièrement, ou de proposer un servie / produit qui n’attirera et ne plaira à personne.

Bien sûr, toutes ces craintes sont légitimes, ce sont de gros risques mais prendre des risques fait partie du métier d’entrepreneur non ?

Et même si ces craintes ne nous quittent jamais, même une fois lancé, même une fois que notre activité réussit, c’est une grande sortie de zone de confort et malgré tout on kiffe quand même !

Si on prend le modèle des Startup, elles utilisent ce que l’on appelle le Lean Startup. Il s’agit d’une méthode très connue « The Lean Startup », initialement développée par un entrepreneur américain, Eric Ries. Elle permet de valider de façon itérative un produit / service auprès de ton client idéal, de ta cible. Cette méthode permet de vérifier la fiabilité de leur projet rapidement. Par de petits échecs, elles évitent les grands échecs et ils peuvent s’adapter ainsi plus facilement aux différentes exigences.

Repenser la peur en prenant leur exemple permet de sortir de sa zone de confort et de faire des compromis, qui sont les fondations même de l’entrepreneuriat et ainsi de mieux gérer ses échecs et ses peurs.

4. Faire preuve d’optimisme

faire preuve d'optimisme
Optimisme

Anticiper ses échecs et faire preuve d’optimisme ! Plus facile à dire qu’à faire je trouve.

Lorsqu’on débute en freelance l’incertitude est grande, elle peut même paraître insurmontable et peut plomber ton activité.

Cependant, on peut transformer cela en atout.

L’incertitude tient compte de l’échec bien sûr mais aussi de la réussite. C’est pour cela qu’il faut intégrer dans son mindset dès le lancement de son activité que l’on aura des échecs, plus ou moins grands, mais des échecs quand même. Et je dirai presque tant mieux, grâce à nos échecs, aussi durs soient-ils, on apprend, on progresse.

Mais par expérience, je sais que c’est difficile à gérer, à anticiper et que cela fait peur.

C’est pour cela qu’il faut essayer de faire preuve d’optimisme, notamment en se disant qu’un échec n’est pas la fin de tout.

En se disant qu’un échec va nous permettre de nous améliorer, de nous développer et de développer des aptitudes pour mieux réagir face aux problèmes, aux difficultés.

Chaque échec nous rapproche de notre but. Alors faites preuve d’optimisme, prenez un peu de temps pour vous remettre et on recommence, on refait différemment et on progresse.

5. Eviter de remettre à demain

procrastination
Lutter contre la procrastination

On a souvent tendance à mettre au lendemain une action, un projet à partir du moment ou l’on rencontre une difficulté. Ça s’appelle la procrastination (et je connais bien le sujet 😉 !). et à force de remettre au lendemain, puis encore au lendemain etc etc… , le projet / produit / service reste bien caché au fond de ta tête ou de ton outil de gestion. C’est le danger inhérent à la création d’une activité.

Et bien sûr, plus on remet au lendemain et plus la peur augmente, d’autant plus si on débute et que l’on en vit pas encore ou très peu de son activité.

La solution ? Faire face avec optimisme, voire un peu d’humour (ça fait jamais de mal 😊) et continuer d’avancer, d’apprendre et de progresser.

Bien s’entourer est aussi efficace, s’entourer d’autres freelances qui ont connu ou connaissent encore cette peur et qui ont développé des astuces pour y faire face. Echanger avec eux est bon pour le moral et peut aussi te permettre d’avoir un soutien et des encouragements.

Alors, go on se lance et on avance.

6. S’entourer de personnes positives

Avoir de l’optimisme c’est bien pour se lancer mais parfois les réactions de notre entourage peuvent influencer notre optimisme de façon négative. Si notre entourage ne comprend pas notre projet, s’il projette ses peurs sur nous, alors notre enthousiasme peut vite retomber et leurs peurs devenir les nôtres, en nous rappelons continuellement les difficultés qui peuvent surgir sur notre route.

Rencontrer des professionnels pour nous aider à mûrir notre projet, nous montrer les difficultés avant qu’elles n’arrivent et nous aider à trouver des solutions est une solution efficace.

Pour exemple, j’ai fait appel à la CCI de mon département, elle m’a accompagné et m’accompagne encore pour le côté administratif par exemple, mais aussi pour faire avec moi une étude de marché.

Et en échangeant avec des professionnels, cela peut nous conforter dans notre projet en révélant la faisabilité de celui-ci. Ils vont nous aider à trouver nos forces et nos faiblesses et celles de notre projet. Cet accompagnement peut vous aider à y voir un peu plus clair.

Une fois votre activité lancée, même avant d’ailleurs, suivre, rencontrer d’autres freelances est un plus non négligeable.

Faire partie d’une communauté de freelance est une vraie source de soutien, de joie, de bonne humeur et d’aides en tout genre.

Je fais partie d’une communauté de freelances d’une bienveillance absolument formidable et d’un soutien sans faille. Quand je suis en proie aux doutes, que j’ai un moral en berne ou que j’ai besoin de conseils, d’astuces, ils sont toujours là, ils répondent toujours présents et ont toujours des conseils pleins leur musette 😍.

Alors je n’ai qu’un conseil : entourez-vous de personnes bienveillantes et positives !

7. Votre projet est votre passion

la passion et l'enthousiasme
La passion et l’enthousiasme

C’est une évidence, mais il est bon de le rappeler : votre projet est VOTRE passion.

Et pour faire suite à ce que je vous ai dit tout au long de cet article, « Entreprendre c’est oser » : oser dépasser vos craintes, dépasser les préjugés, aller au bout de votre projet, et pour cela rien de tel que la passion.

Votre passion vous permettra de résister, de vous maintenir contre vents et marées face aux écueils qui se présenteront à vous au cours de parcours. Si vous entreprenez parec que vous rêvez d’avoir la même vie que celles de ceux qui sont plus avancés que vous  ou ceux que vous voyez sur les réseaux et qui ne montrent que les bons côtés, voire qui « survendent » leur vie, alors votre projet a peu de chance de réussite, soyons honnêtes. Si vous voulez juste échapper à la pression d’une activité salariée et juste gagner en souplesse ou en liberté, de la même façon, soyez prêt à faire face à un échec.

Pour que votre envie, votre projet ai vraiment une chance, il faut bien plus que cela, il faut de la passion, de la patience, de la persévérance et de la résilience.

A vous de trouver ce que votre projet va vous apporter mais aussi ce qu’il va apporter aux autres ? Votre projet doit être une source d’épanouissement pour vous, de plaisir à vous lever le matin pour bosser.

8. Conclusion

Je dirai qu’il est important de prendre sa vie en main au lieu de la subir, mais cela n’est pas toujours si simple.

Pour dépasser ses peurs, il existe différents moyens, différentes astuces. A vous de trouver celui / celle qui vous convient le mieux.

Vous pouvez dresser une liste de vos succès, de ce que vous avez déjà réalisé (souvent appelé Did List), c’est une méthode efficace pour mesurer le chemin parcouru, les succès enregistrés qui font du bien au moral.

On peut aussi écrire (peu importe le support) vos compétences, vos qualités et vos aptitudes. Adopter un état d’esprit optimisme va vous permettre de vous rappeler tout ce que vous avez déjà surmonter et réussi.

Garder une image positive de vous va aussi vous permettre d’avancer. Pour cela, vous pouvez faire des choses qui vous plaisent, développer des relations bienveillantes, lire des livres de développement personnel, regarder des vidéos inspirantes, prendre soin de vous etc….

Avoir peur d’entreprendre est normal, la nouveauté fait toujours peur, c’est humain. Il suffit d’en avoir conscience, de l’accepter et de ne pas se mentir.

Mais pour dépasser cette peur, il suffit de se … lancer !! aussi simple que cela 😉.

Vous ferez des erreurs (qui n’en fait pas hein, même les meilleurs en ont fait et en font encore, je suis sûr Seth Godin serait d’accord avec moi 😉). Mais de ces erreurs, vous allez tirer des leçons, des enseignements précieux qui vous suivront tout au long de votre vie d’entrepreneur.

Et puis, quelle est la pire chose qui puisse vous arriver ? Au pire, vous fermerez votre boîte et voilà, au moins vous aurez essayé et tout tenté, pas de regrets.

Si tu veux suivre mon actualité, c’est par ici.

pour bien commencer

Un contenu gratuit sur la qualité, rien que pour toi !

Tu es désormais convaincu de la nécessité de mettre en place une démarche qualité pour organiser ton entreprise efficacement et sereinement ? Je te dévoile gratuitement tous les secrets de la méthode 5S, pour commencer à instaurer rigueur et qualité dans ton entreprise.

Découvrir
plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.